logo

Extraction implantation mise en fonction immédiate

P. Margossian
Congrès scientifique de l’UNECD (Union Nationale des Etudiants en Chirurgie Dentaire), Marseille, 3 juillet 2015

Programme scientifique de l’UNECD

«Extraction Implantation Mise en fonction immédiate» Dr Patrice MARGOSSIAN, Université d’Aix-Marseille

Les prothèses amovibles sont les restaurations qui génèrent le plus de mécontentement et d’inconfort chez nos patients. Des solutions fixées sur implants sont toutefois possibles et permettent, grâce aux protocoles d’extraction implantation et mise en fonction immédiate, d’offrir à nos patients une prothèse fixe le jour-même de la chirurgie.

L’objectif de cette séance est de présenter des protocoles chirurgicaux et prothétiques simples et efficaces, afin d’éviter à nos patients cette situation de handicap. L’analyse diagnostique esthétique et fonctionnelle est l’étape clé de ce type de thérapeutique afin de pré-visualiser le projet prothétique final. Différentes situations cliniques illustreront tous les types d’édentement et leurs approches spécifiques.

Pour les arcades complètes, nous argumenterons en fonction du niveau de résorption et de l’anatomie de l’étage inférieur de la face, notre choix de reconstruction en émergence naturelle ou avec une fausse gencive.

Une première partie de cette présentation exposera, au travers de photos et de vidéos, la phase chirurgicale allant du positionnement des implants jusqu’à la mise en place de la prothèse transitoire fixée. La seconde partie traitera de l’aspect prothétique, en mettant en avant l’intérêt de l’utilisation de la CFAO et le choix des matériaux.

L’objectif final étant bien entendu la reconstruction ad-integrum de l’aspect fonctionnel et esthétique du sourire.

« Intérêt de la mise en place immédiate d’implants après extraction dans le résultat esthétique de la prothèse » Dr Patrick MISSIKA, Université de Paris Descartes

La mise en place immédiate d’implants après extraction est une technique parfaitement codifiée qui donne d’excellents résultats. Cette technique semble entraîner une cicatrisation osseuse plus rapide qui pourrait s’expliquer par la vascularisation du site osseux provoquée par l’extraction, l’ouverture des espaces médullaires et le moindre échauffement de forage. Le résultat esthétique est exceptionnel dans la majorité des cas car l’implant est situé dans la position d’origine de la dent naturelle. Elle apporte enfin un avantage psychologique par remplacement immédiat d’une dent perdue, en n’allongeant pas inutilement la durée globale du traitement.

Si l’indication est bien posée, la simplicité de la technique de mise en place immédiate d’un implant dans un site d’extraction doit faire envisager cette éventualité face à une indication d’extraction en pratique quotidienne. Les avantages très significatifs et les résultats positifs obtenus plaident en faveur de cette technique.

La mise en place immédiate d’un implant après extraction, constitue une technique chirurgicale de pointe de chirurgie reconstructrice pour obtenir un environnement osseux et gingival favorable autour d’un implant stable avec un excellent pronostic.

« La simulation par éléments finis appliquée aux reconstitutions corono-radiculaires » Pr Marc BOLLA, Université de Nice-Sophia Antipolis

La simulation numérique est un outil d’analyse et d’étude de plus en plus utilisé dans de nombreux secteurs d’activités, et peut donc trouver son intérêt en odontologie dans le comportement de pièces telles que les prothèses, implants et/ou ancrages radiculaires. Cette simulation par éléments finis consiste à réaliser l’étude virtuelle d’une pièce, puis par l’intermédiaire de logiciels puissants, de prédire son comportement sans avoir à passer par la construction de prototypes ou la réalisation d’essais réels.

A partir d’une dent monoradiculée réalisée en 3D seront présentés les résultats de différentes sollicitations mécaniques (compression, cisaillement) sur la répartition des contraintes s’exerçant sur des dents reconstituées par des ancrages métalliques ou fibrés. Les résultats obtenus permettent d’en dégager des applications cliniques: matériau constitutif de l’ancrage, collage ou scellement, longueur et hauteur au niveau coronaire de l’ancrage, influence du point de contact, etc… Cette analyse mécanique par la méthode des éléments finis sera également envisagée pour des bridges de 3 éléments réalisés dans le secteur postérieur.

Evaluation des propriétés physiques des composites « bulk – fill » Dr Nathalie – BRULAT – BOUCHARD Université de Nice- Sophia Antipolis

Les composites « bulk-fill » sont des résines composites d’obturation coronaire permettant un «remplissageen un seul temps».

Ils sont divisés en 2 grandes familles en fonction de leur viscosité : les basses viscosités et les hautes viscosités. Les basses viscosités ou Flow sont des substituts dentinaires alors que les hautes viscosités sont condensables et utilisés pour obturer la totalité de la cavité. Ils sont différents des composites micro-hybrides car ils peuvent être photopolymérisés sur des épaisseurs de plus de 4 mm en un seul temps.

Leurs principales différences avec les composites micro-hybrides sont une diminution de leur contrainte de polymérisation et l’adjonction de photo-initiateursqui permettent à la lumière de pénétrer plus profondément dans le matériau. Ils sont recommandés pour les cavités profondes et peuvent donc être utilisés pour les reconstructions coronaires des dents dépulpées mais aussi pour les reconstructions corono-radiculaires.

L’ensemble des propriétés mécaniques, physiques et biologiques de ces matériaux sont dépendantes de la photo – polymérisation.

A travers l’étude de 8 composites «bulk-fill» nous verrons comment réaliser une évaluation de cette photo-polymérisation. Nous analyserons le degré de conversion (DC) de ces résines en fonction de la profondeur de polymérisation à travers un test de microdureté etune analyse en spectroscopie RAMAN. Puis grâce à un test en contrainte deflexion, nous pourrons avoir une évaluation de leur résistance à la fracture et de leur élasticité.

De la minéralisation à la déminéralisation, quel rôle joue les biomatériaux? Pr Brigitte GROSGOGEAT Université de Lyon

Diverses étiologies telles que la carie, l’érosion et les maladies parodontales peuvent être à l’origine d’un processus de déminéralisation qui a pour conséquence la destruction des tissus durs de la dent. La prévention et la mise œuvre de techniques non ou peu invasives pour lutter contre ce phénomène sont donc un enjeu majeur de santé publique.

Au travers de différents projets impliquant une étroite collaboration entre des chercheurs de différentes disciplines (Chimie, Physique, Sciences des matériaux, Biologie, et Odontologie), les différentes voies envisagées pour conduire à la reminéralisation des tissus dentaires minéralisés que sont l’émail, la dentine et le cément seront présentées.

Quelques exemples seront illustrés. Du projet européen BIODENSOL, conduit en partenariat avec l’industrie, à l’étude DECAT, Projet Hospitalier de Recherche Clinique réunissant la plupart des services d’Odontologie de l’Hexagone, le rôle important des étudiants et des jeunes confrères sera largement explicité. Outre l’analyse des résultats, l’un des objectifs de cette présentation sera de sensibiliser les participants à l’intérêt de la recherche et de leur montrer comment ils peuvent très concrètement y participer.

Place de la recherche en Odontologie. Pr Martine BONNAURE MALLET Université de Rennes

Après avoir défini la recherche en odontologie, sa raison, sa nécessité, la vision que s’en font les étudiants en chirurgie dentaire sera synthétisée. Nous aborderons les différents niveaux dans la recherche, les moyens pour y accéder, les attendus. A partir d’exemples et de l’expérience personnelle de Jacques-Olivier Pers, nous verrons que la recherche a toute sa place dans l’espace international et que les étudiants sont des acteurs à part entière.

Les indicateurs de la Recherche. Pr Jacques OLIVIER PERSUniversité de Brest

Évaluer la qualité de la recherche scientifique est essentiel dans une société où l’innovation et les progrès techniques dépendent en partie de la recherche académique. Les indicateurs tels que l’impact factor, l’h-index ou le score SIGAPS/SIGREC pour les hospitalo-universitaires jouent un rôle utile dans ce processus. Il est important de comprendre comment ils sont calculés et de connaître leurs limites, leurs alternatives et leurs dérives. En effet, tous ces scores sont actuellement utilisés par les instances d’évaluation afin d’établir les dotations de fonctionnement des équipes de recherche mais également des services d’odontologie.

  • Partager

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *